Les astuces anti-gaspi de nos adhérents #4

Dans cette période particulière, notre association tient à garder le lien social créé au pavillon. Nous faisons appel à nos bénévoles et volontaires pour nous donner leurs astuces et leurs recettes que nous vous partageons chaque semaine. Vous pouvez retrouvez l’ensemble des astuces ici. Cette semaine, petit menu de fast-food maison !

Frites au four sans éplucher et sa mayonnaise sans oeuf ! par Laura

Quoi de mieux pour ne pas gaspiller que de garder la peau des pommes de terre ? Et bien sachez qu’il existe un moyen de faire des frites sans avoir à se coltiner l’étape de l’épluchage. Comment faire ? C’est tout simple !

On n’épluche pas les pommes de terre, par contre on prend bien le soin de les laver et de les brosser avec une brosse à légumes.

Ensuite, on coupe en 4 ou 6 suivant la taille des pommes de terre. Le plus important est que les frites doivent avoir à peu près la même taille pour obtenir une cuisson uniforme.

On rince une fois de plus pour éliminer l’amidon et on fait sécher sur un torchon propre. Les frites ne doivent pas être humides.

Préchauffez votre four à 180°C. 

Mélangez vos pommes de terres avec les épices de votre choix sauf le sel, de l’huile d’olive et un peu de sucre liquide (sirop d’érable, sirop d’agave, miel…).

Mettez directement au four pendant 40 min en veillant à ne pas superposer les frites. Pensez à retourner les frites à mi-cuisson. Vérifiez la cuisson au bout des 40 min, ajoutez le sel et servez immédiatement !

Photo de Maiqui Cordeiro sur Unsplash

Cependant, on le sait tous, des frites se dégustent avec une bonne sauce, maison de préférence. Si vous êtes adepte de mayonnaise et que vous avez eu des difficultés à vous fournir en oeufs ces dernières semaines, voici une alternative pour faire une mayonnaise avec du lait de soja et un mixeur plongeant.

Vous prenez un récipient pas trop large et mélangez 60 ml de lait de soja, 1/4 de cuillère à café de sucre liquide et 1 cuillère à café de moutarde. Pendant que vous mixer le tout, faites couler un mince filet d’huile d’arachide ou de tournesol (vous en aurez besoin de 125 ml environ). Lorsque votre mayonnaise est montée, ajoutez du sel et du jus de citron. Gardez quelques jours maximum au réfrigérateur.

Les astuces anti-gaspi de nos adhérents #3

Dans cette période particulière, notre association tient à garder le lien social créé au pavillon. Nous faisons appel à nos bénévoles et volontaires pour nous donner leurs astuces et leurs recettes que nous vous partageons chaque semaine. Vous pouvez retrouvez l’ensemble des astuces ici. Cette semaine, place aux épluchures de fruits ainsi qu’à l’astuce de Maya pour réaliser une culture en lasagne !

Les feuilles de chou-fleur en cuisine par Marie-Laure

Une nouvelle astuce pour réduire le contenu de votre bio-seau ! Souvent jetées, les feuilles des chou-fleurs sont parfaitement comestibles et riches en vitamines, minéraux et antioxydants. 

Une fois nettoyées et ciselées, elles peuvent être consommées crues en salade. Ou bien cuites, en poêlé, dans un fond d’huile végétale avec oignons, ails, gingembre, selon les goûts, ou intégrées à un risotto ou tout simplement en velouté avec les légumes de saison de votre choix.

Photo de Anne Allier sur Unsplash

La lactofermentation par Laura

Cette recette vient du livre Cuisine pas bête pour ma planète de Sarah Bienaimé.

Tout d’abord, qu’est-ce que la lactofermentation ? Il s’agit d’une méthode de conservation très ancienne. Privés d’oxygène, les aliments produisent de l’acide lactique qui empêche le développement des moisissures et le pourrissement. De plus, on attribue à la lactofermentation de nombreux attributs bénéfiques pour la santé.

On peut ensuite planter des légumes, des fleurs, des aromatique. On peut tester des associations de plantes. On exclut les semis, ils ne sont pas adaptés à ce substrat. On peut pailler pour protéger le substrat et maintenir l’humidité.

Quel matériel ? Des bocaux à vis, par exemple des pots de confiture récupérés.

Comment faire ?

1. Lavez les bocaux et les couvercles à l’eau bouillante avec un peu de vinaigre ménager. Égouttez les têtes en bas sur un torchon propre et ne touchez plus l’intérieur des bocaux.

2. Coupez fin ou râpez vos légumes en veillant à la propreté des ustensiles et du plan de travail.

3. Introduisez les légumes dans les bocaux par couches de 2 cm en ajoutant une pincée de sel marin non raffiné entre chaque couche, et pourquoi pas des épices en graines et des aromates. Le sel est vraiment essentiel à la réussite de la lactofermentation.

4. Remplissez jusqu’à 3 cm du bord puis tassez au maximum à l’aide d’une fourchette.

5. Remplissez d’eau à température ambiante jusqu’à ras bord et tassez de nouveau : la totalité des légumes doivent être immergés.

6. Fermez le couvercle en ne le vissant pas à fond afin de laisser déborder si besoin.

7. Laissez à température ambiante pendant une semaine. S’il y a trop d’évaporation, ajoutez un peu d’eau : les légumes doivent rester immergés.

8. Au bout d’une semaine, vérifiez que le mélange a bel aspect, qu’il sent bon, que les légumes sont toujours immergés et que l’eau est toujours à ras bord du pot.

9. Vissez fermement et stockez dans un endroit frais à l’abri de la lumière. Laissez les saveurs infuser au moins quinze jours avant de déguster.

10. Une fois ouvert, conservez le pot au réfrigérateur et consommez dans les jours qui suivent.

Quels légumes préparer en lactofermentation ? Tous ! C’est parfait pour les légumes en surplus, les légumes racines dont on ne sait pas quoi faire, les herbes sauvages, etc.

Comment savoir si la lactofermentation est réussie ? À l’ouverture du pot, il ne pas y avoir de moisissure, les légumes ont une belle couleur, l’odeur est parfumée et acidulée.

Voici quelques mélanges pour vous donner des idées : 

  • Une version acidulée du coleslaw américain en mélangeant 500 gr de chou, 500 gr de carotte et une pomme granny,
  • Si vous aimez les épices, mélangez des bâtonnets de carottes avec du laurier, un bâton de cannelle, de l’ail, des graines de coriandre et de cumin.

Les astuces anti-gaspi de nos adhérents #2

Dans cette période particulière, notre association tient à garder le lien social créé au pavillon. Nous faisons appel à nos bénévoles et volontaires pour nous donner leurs astuces et leurs recettes que nous vous partageons chaque semaine. Le premier numéro nous donnait déjà de belles astuces. Cette semaine, place aux épluchures de fruits ainsi qu’à l’astuce de Maya pour réaliser une culture en lasagne !

Orangettes par Marie-Laure

Que faire de votre marc de café ? Plein de choses ! Il peut s’utiliser dans la maison, au jardin, et même sur soi en tant que soin cosmétique. Formidable dégraisseur, vous pouvez utiliser le marc de café directement sur une éponge à la place de votre liquide vaisselle habituel pour venir à bout de la graisse sur vos poêles, plaques de cuisson et même four.

1 – Laver les oranges, les sécher et enlever l’écorce. Puis les couper en lamelles pas trop fines (5 mm).
Facultatif : blanchir les écorces pendant 10 mm pour leur enlever un peu de leur amertume.

2 – Dans une casserole, faire un sirop pour confire les écorces. Pour cela, verser le poids des écorces en sucre et 1,5 fois ce même volume en eau. Chauffer assez fort jusqu’à ce que le mélange commence à épaissir (20 – 30 min normalement).

3 – Une fois le sirop prêt, baisser la cuisson à feu doux puis ajouter les écorces. Laisser les écorces absorber le sirop pendant 15 mn. Puis laisser refroidir.

4 – Disposer les écorces sur une plaque pendant quelques heures afin qu’elles sèchent.

5 – Faites fondre au bain-marie le chocolat noir. Trempez les écorces dedans puis déposez-les sur une plaque pour qu’elles sèchent. Pour cette opération, l’aide d’une pince sera la bienvenue !

Il n’y a plus qu’à apprécier !

Note : le reste de sirop et de chocolat noir peuvent très bien servir à la préparation d’un gâteau type marbré.

Photo de Theme Inn sur Unsplash

Chips d’épluchures de pommes par Laura

Dans un saladier, mélanger les épluchures de 2 ou 3 de pommes avec deux cuillères à café de sucre et de la cannelle, si vous aimez ça, en dosant selon vos envies. Déposer les épluchures sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Enfourner 10 minutes à 170°, puis 10 minutes supplémentaires à 100°. Un jeu d’enfant !

La culture en lasagne par Maya

Pour la culture en lasagne, on utilise en grande partie des matières organiques recyclées, les mêmes que pour le compost: des déchets de végétaux bruns et vert, et du carton.
J’ai fait de la culture en lasagne en jardin. Cette technique peut être adaptée à la culture en pot, en jardinière, en sac de culture.

Comment fait-on?

On vide son support (pot, jardinière etc. s’ils contiennent du terreau) et on garde le terreau. On commence par tapisser le fond du support de culture avec du carton sans encre. Le carton est surtout utile en jardin sur un sol vivant, car il inhibe la poussée des adventices. Ensuite on alterne des couches d’environ 5 cm de déchets bruns et de déchets verts, en commençant par les déchets bruns, puis les déchets verts. On arrose généreusement chaque couche. On procède ainsi deux à trois fois selon la hauteur du support, puis on termine par une couche de terreau enrichi de compost mûr.

Que plante-t-on?

On peut ensuite planter des légumes, des fleurs, des aromatique. On peut tester des associations de plantes. On exclut les semis, ils ne sont pas adaptés à ce substrat. On peut pailler pour protéger le substrat et maintenir l’humidité.

Un substrat économique et un résultat surprenant !

La technique est économique puisque vous utilisez vos déchets et un peu de compost. Les plantes se plaisent sur ce substrat qui très vite grouille de vie et met à leur disposition tout ce dont elles ont besoin pour leur croissance. Ensuite, il est préférable de veiller à ce que les plantent disposent des autres conditions qui leur sont favorables, plus ou moins d’ensoleillement, de vent, d’humidité. Essayez et vous verrez, c’est impressionnant.

La culture en lasagne se pratique en permaculture qui est un champ très vaste (pour en savoir plus https://reporterre.net/Ca-y-est-J-ai-compris-ce-qu-est-la-permaculture )

Que faire avec nos déchets organiques pendant le confinement ?

Le square Héloïse-et-Abélard, et par la même occasion le pavillon de compostage partagé sont fermés depuis quelques semaines à la demande des autorités. Cette situation inédite nous oblige à repenser notre façon d’utiliser nos déchets. L’occasion d’apprendre à créer moins de déchets et trouver de belles idées.

J’ai un jardin

Si vous disposez d’un jardin privé, vous pouvez bien entendu continuer ou démarrer votre compostage individuel. Voici un petit rappel des règles à suivre

  • 50% de déchets humides (fruits, légumes et épluchures en petits morceaux, thé sans sachet, café sans filtre) et 50% de déchets secs (journaux, papier kraft, boîte d’oeufs sans étiquette, petites branches ou brindilles, fleurs fanées, mais pas malades)
  • Les agrumes sont acceptés en petite quantité
  • On évite de composter tout produit animal (reste de viande, de poisson, produit laitier) afin d’éviter les nuisances
  • On coupe les déchets en petits morceaux
  • On mélange régulièrement le compost pour l’aérer
  • On surveille le niveau d’humidité. Il ne doit être ni trop sec, ni trop humide

Pour plus de détails sur comment composter dans votre jardin, rendez-vous sur le mode d’emploi du Syctom.

Je vis en appartement

Albane, bénévole et adhérente à Compos13, nous a partagé une belle astuce. Ne disposant ni de jardin ni de balcon, elle met à sécher les déchets habituels, mais pas trop humides, en les étalant sur un sac en papier kraft. Quand ils sont bien secs, elle les broie en petits morceaux puis les dépose dans son bioseau. Cela n’attire ni les petites bêtes ni les mauvaises odeurs. Les déchets pourront ainsi être apportés lors de la réouverture du pavillon, mêlé aux déchets plus humides.

Voici une petite liste de ses expériences : écorces d’agrumes, peau de banane, feuilles d’ananas (mais pas la peau, car trop juteuse), branches de thym, coquilles de pistaches, pelures d’oignons et d’ail, fanes de radis et de carottes, écorce d’avocats, épluchures de pommes de terre, feuilles de poireaux que vous ne consommez pas, coquilles d’oeufs rincées, thé hors sachet. Ne pas utiliser le marc de café, car il moisit, mais heureusement, nous avons d’autres astuces pour l’utiliser !

Photo de Brad Stallcup sur Unsplash

J’ai un lombricomposteur

Pour ceux disposant d’un lombricomposteur, c’est évidemment l’occasion de s’en servir. Là aussi, quelques règles sont à respecter.

  • L’équilibre des apports est un peu différent du compostage classique. En effet, ici on aura un ratio de 60% de déchets humides et 40% de déchets secs
  • Toujours couper les déchets en petits morceaux pour faciliter leur décomposition
  • Nourrissez vos vers petit à petit

Pour connaître tous les détails du lombricompostage, rendez-vous sur le mode d’emploi du Syctom.

Autre particularité du lombricompostage, nos amis les vers ne s’accommodent pas de tous les déchets. Les agrumes, ail, oignon, reste de repas, produits laitiers, pain, poireaux, coquille d’oeuf et tout reste de viande ou de poisson sont à proscrire, de même que les plantes malades. Si ces déchets sont peu humides, vous pouvez les faire sécher grâce à l’astuce partagée par Albane et les stocker dans votre bioseau.

Photo de Neslihan Gunaydin sur Unsplash

Mais que se passe-t-il au pavillon du square Héloïse-et-Abélard?

 La situation actuelle n’a aucun effet néfaste sur le processus de décomposition des déchets au pavillon. Au contraire, la nature va avoir tout le temps de faire son oeuvre tranquillement.

Évitons le gaspillage avant tout

Aujourd’hui plus que jamais, nous prenons sans doute conscience de la valeur des produits que nous achetons et que nous consommons. Composter ou faire sécher ses déchets en attendant de pouvoir le faire est évidemment une bonne idée, mais éviter de gaspiller, c’est encore mieux !

Le projet d’essaimage : où en sommes-nous?

C’est à la rentrée scolaire 2018 que la mobilisation pour la création de nouveaux pavillons de compostage collectif a démarré.  Nous avons depuis progressé sur différents volets : l’organisation de groupes- BNF, Broca, Choisy, le choix des emplacements pour les pavillons Broca et Choisy et la localisation d’un lieu pour le pavillon BNF, le soutien de la mairie d’arrondissement et des conseils de quartier, le vote d’un vœu de la Ville de Paris en avril 2019, puis le vote pour le projet Choisy en conseil d’arrondissement en janvier 2020, l’obtention de subventions publiques et privées pour le financement du projet, la conception architecturale des futurs pavillons par les étudiants de l’école nationale d’architecture de Paris Val de Seine (ENAPVS) et le dépôt d’une déclaration préalable de travaux (DP) auprès des services de l’urbanisme par la Mairie du 13e en janvier 2020, puis en mars 2020 la réorientation de la DP en permis de construire.

Continuer la lecture de « Le projet d’essaimage : où en sommes-nous? »

Les astuces anti-gaspi de nos adhérents #1

Dans cette période particulière, notre association tient à garder le lien social créé au pavillon. C’est pourquoi nous avons fait appel à nos bénévoles et volontaires pour nous donner leurs astuces et leurs recettes que nous vous partagerons chaque semaine.

Astuces marc de café par Maya

Que faire de votre marc de café ? Plein de choses ! Il peut s’utiliser dans la maison, au jardin, et même sur soi en tant que soin cosmétique. Formidable dégraisseur, vous pouvez utiliser le marc de café directement sur une éponge à la place de votre liquide vaisselle habituel pour venir à bout de la graisse sur vos poêles, plaques de cuisson et même four.

Si vous avez la chance d’avoir quelques jardinières, utiliser le marc de café comme un fertilisant et un engrais naturel. Disposez le marc de café au pied des plantes et arrosez pour faire pénétrer les éléments nutritifs jusqu’aux racines.

Pour découvrir d’autres astuces, rendez-vous sur le site « Mieux vivre autrement ».

Photo de Eiliv-Sonas Aceron sur Unsplash

Recettes avec des peaux de banane par Rémi

Il est possible de cuisiner la peau de banane ! Lavez-la, retirez les extrémités et faites-la cuire dans une casserole d’eau bouillante pendant 8 à 10 minutes. Mixez-la et ajoutez-la dans votre préparation de gâteau ou pancakes, en remplacement d’un ingrédient liquide (lait, yaourt ou oeuf). Vous pouvez aussi les conserver crues, 3 jours au frigo ou au congélateur.

Si vous souhaitez expérimenter un peu plus, il est possible de faire du vinaigre de banane ! Pour cela, disposez 2 peaux de banane crues et bien lavées dans un bocal contenant 750 ml de vinaigre de cidre. Laissez macérer pendant 1 mois puis filtrez. Il n’y a plus qu’à l’utiliser sur vos salades !

Des avancées réalisées en 2019 dans tous les projets de développement de Compos13 et des perspectives réjouissantes pour 2020

C’est dans le local associatif de Résoquartier que s’est tenue l’Assemblée générale de Compos13 le samedi 29 février 2020 dans l’après-midi. Dans une allocution de bienvenue poétique et chaleureuse, Myriam nous a rappelé que l’association fêtera bientôt ses cinq ans, déjà. L’esprit de convivialité qui préside au lieu- un « lieu de vie et de rencontres extraordinaires » pour reprendre ses mots- y a favorisé l’émergence d’initiatives et de projets.

En présentant le rapport moral, Isabelle a souligné que si la gestion et l’animation du pavillon de compostage collectif restent  les activités principales de Compos 13,   d’autres objectifs ont  été atteints  durant cette année  : l’expérimentation d’une nouvelle gouvernance sous la forme d’un conseil d’administration collégial, l’avancement du projet d’essaimage de nouveaux pavillons dans l’arrondissement et du projet d’organisation d’une filière broyat pour répondre aux besoins en broyat du pavillon du square Héloïse et Abélard et pour anticiper ceux des futurs pavillons, des actions de formations, des échanges  avec de nombreux acteurs associatifs et avec les conseils de quartier sous l’impulsion de Claire et de Karel , échanges qui ne peuvent que renforcer notre écosystème associatif et notre démocratie locale et enfin une communication  active et un nouveau media initié par Laura sous la forme d’une newsletter qui mériterait d’être pérennisée, avec la proposition d’en préciser le contenu éditorial.  L’ouverture prochaine d’un jardin partagé dans le square laisse aussi espérer l’émergence de nouvelles synergies. 

En 2019, environ 200 foyers ont participé aux activités de compostage et ont fait vivre le pavillon, avec la contribution des équipes bénévoles et des référents :   une centaine de permanences supervisées par Myriam et Julien, des retournements orchestrés par Éric, des tamisages organisés par Odile et Julien et les apéros qui les accompagnent, sans oublier une soirée dédiée aux bénévoles. En cinq ans d’activités, c’est 60 tonnes de biodéchets que nous avons transformés en compost. Détournés de la filière classique de traitement des déchets, ils sont retournés à la terre sous la forme d’amendement. 

Avec de nouveaux statuts adoptés en juin 2019, une nouvelle gouvernance organisée autour d’un conseil d’administration collégial (CAC) a été adoptée. Après un temps de rodage, cette organisation donne entière satisfaction en termes d’échanges et de réflexion collective, de répartition plus équitable des activités, des responsabilités et de la représentation de l’association, notamment pour l’essaimage.  Cette année, Julien et Geneviève n’ont pas souhaité renouveler leurs candidatures et Michael et Maya ont rejoint le CAC. Le nombre d’administrateurs et administratrices reste donc stable, 12 avec une parité femmes-hommes. Dans cette nouvelle configuration, le poste de trésorier assuré par Gilles reste fixe.

En matière de gestion comptable, Gilles a présenté le rapport financier de l’année écoulée. L’association est en bonne santé budgétaire. Nous avons pu constater que le budget s’est considérablement complexifié avec les projets d’essaimage. Les questions posées à Gilles sur le budget réalisé et le prévisionnel ont témoigné de cette complexité et de l’intérêt et de la vigilance des adhérents en la matière.

Marie-Laure, Jean-Guillaume et Alban ont présenté les avancées considérables du projet d’essaimage : des lieux pour les groupes Broca et Choisy et des démarches pour obtenir un lieu dans le quartier BNF, des projets architecturaux, des soutiens institutionnels et financiers, des relations suivies avec les partenaires et prestataires.  Les dossiers pour les trois pavillons suivent leur cours à des rythmes variés. Quatre étudiants architectes de l’ENSAPVS, Céline, Anatole, Loris, Mathieu, sont spécialement investis dans la conception architecturale des pavillons et la qualité de leurs propositions, leur réactivité et leur investissement sur le long terme ont été salués.

L’organisation de la filière broyat avance efficacement dans le cadre d’une mission confiée à Catherine. Les futurs pavillons y seront associés avec l’idée de parvenir à une mutualisation d’un certain nombre de ressources et de moyens et la mise en place progressive de cette filière en ouvre la voie.

Dans le domaine de la sensibilisation à la réduction des déchets ménagers, la participation à des évènements de quartier, « Tous au compost » et « La foire aux actions citoyennes » a été l’occasion de promouvoir le compostage collectif et les écogestes pour réduire nos déchets.

L’obtention d’une subvention pour les formations a permis la formation d’adhérents qui se sont portés volontaires pour devenir référents de site, Guides Composteur.e.s ou Maîtres Composteur.e.s. Le mémoire de Maître Composteure de Brigitte, consacré à l’essaimage et intitulé « Comment accompagner et diffuser un modèle de site de compostage de quartier en milieu urbain ? » est disponible sur le site web de l’association. On peut déjà mesurer les effets de ces formations non seulement en termes de participation aux activités de Compos13 mais aussi en termes d’accélération d’initiatives de création de nouveaux lieux de compostage en pied d’immeuble. Des formations ont aussi été prévues pour les groupes d’essaimage et certaines ont déjà été suivies dans l’objectif de parvenir à une autonomie rapide dans la gestion des activités des pavillons.

Dans leur grande majorité, les présent.e.s et une représentée ont renouvelé leur confiance à l’association et à ses représentant.e.s en votant en faveur des rapports moral et financier. Ce temps de recul et de réflexion a aussi ouvert des perspectives pour 2020 :  la future concrétisation de deux projets d’essaimage et de la filière broyat, des actions avec le futur jardin partagé et toute la créativité des adhérent.e.s pour poursuivre ensemble nos actions en faveur de  la réduction des déchets et pour des modes de vie plus écologiques.

Un outil de gestion des sites de compostage?

Amélie Esmenjaud nous arrive droit de Chambéry, pour nous présenter Logiprox, le logiciel de gestion des sites de compostage. C’est à partir d’une demande de terrain, des maîtres composteurs un peu débordés par les sites qu’ils avaient à suivre, que l’idéee du logiciel est arrivée. Une salariée de Compost’action (l’association de Chambéry) douée en programmation, et voici un logiciel sur mesure et venu des demandes de terrain ! 

Compos13 va bientôt devoir gérer les données de 3 pavillons supplémentaires. Fort de cette demande, et en partenariat avec les maîtres composteurs de l’EPT Est Ensemble qui recense déjà plus de 350 composteurs partagés sur son territoire, la demande devient pressante pour un accompagnement de qualité et au plus facile pour les bénévoles et usagers. Mais aussi pour les collectivités, pour faire remonter facilement les besoins des sites (broyat, bénévoles), pour se tenir informés des infos au quotidien (photos des animations, retournements), et connaître les quantités de déchets réellement détournées de l’incinérateur.

C’est donc encore une fois dans le local partagé avec Résoquartier que s’est déroulée cette présentation. Une vingtaine de personnes étaient présentes. Parmi elles, des bénévoles de sites, des associations (Sens de l’humus, label verte), des collectivités (villes de : Bagnolet, Le Pré St Gervais, Paris via la Direction de la Propreté et des Eaux), des maîtres composteurs indépendants et un représentant du SYCTOM (l’agence métropolitaine des déchets ménagers).

L’objectif de cette présentation : comprendre l’outil, définir ensemble s’il répond aux besoins, proposer des pistes d’améliorations. Autant de sujets qui ont été soulevés après une présentation convaincante !!  Un grand merci à Amélie, et suite au prochain épisode pour voir si oui ou non nous pourrons bénéficier de Logiprox pour Compos13 !

Mémoire des futurs Maîtres Composteurs.

Ça s’est passé vendredi dernier, au local partagé avec Résoquartier sur la journée complète, avec au passage, une visite, si attendue par beaucoup de participants à Compos13. Au total, 15 personnes sont venues, en présentiel ou par skype, présenter leur travail pour valider leur formation « maître composteur », promo printemps 2019 de chez Pierre Feltz. 15 min pour présenter, et 15 min pour débattre, devant un jury composé des formateurs et d’une collectivité. Des sujets aussi variés qu’intéressants, depuis la collecte des biodéchets à vélo à Montpellier jusqu’à un plaidoyer pour la promotion du compostage en vue des élections municipales, en passant par un programme de mise à disposition de broyeurs pour toute une collectivité pour la gestion de leurs déchets verts. Un des mémoires les plus attendus et le plus apprécié a été celui de Brigitte, qui raconte le succès de Compos13 et le chemin vers l’essaimage. Tout ça organisé par une superbe équipe de bénévoles engagés!

Vous avez de la chance ! Brigitte a accepté qu’on mette son travail en ligne, en consultation libre. Que vous soyez un nouvel adhérent à Compos13, un membre de l’essaimage, ou une de ces si nombreuses personnes qui nous demande de l’aide pour monter un projet similaire, ce mémoire vous sera utile. Bonne lecture et un grand merci à Brigitte pour ce travail !   

 

Une Foire à tous !

En quête d’un abri ombragé pour le lombricomposteur, notre petite troupe avise un espace entre deux arbres, propice à accueillir nos stands. Ni une, ni deux, nous voilà en route, les bras chargés. Notre camarade en tête porte triomphalement le dit lombricomposteur dont les bouts tombent petit à petit. Les petits Poucets qui suivent les ramassent. Le tout est vite reconstitué, les vers sauvés, les stands installés. Quel bel esprit d’équipe !

    C’est de cette manière que la journée de la Foire aux Actions Citoyennes s’est déroulée pour nous. Nicolas animait l’atelier tawashi, Johanna et Claire les stands de compostage et les ateliers zéro-déchets avant qu’Eric vienne leur prêter main forte. Nous offrons une vue synthétique d’initiatives de réduction des déchets et des pollutions, tout en faisant du bien à la santé et au porte-monnaie des ménages : le compostage urbain collectif ou individuel, l’utilisation des produits des placards de la cuisine pour la cosmétique et la pharmacie, des objets et des recettes pour l’hygiène corporelle ou le nettoyage de la maison, loin des conseils parfois faussement écologiques de la mouvance de plus en plus populaire « Do It Youself ». Les personnes intéressées représentaient un éventail large de la population en termes d’âge, de sexe, d’origine. Nous avons eu le plaisir d’échanger avec des femmes et des hommes, d’avoir appris d’eux et de leur avoir transmis des informations et des savoirs-faire.

    Événement citoyen oblige, la radio indépendante Mon Paris FM est venue animer la foire grâce à une retransmission en direct depuis le parvis Alan Turing. DocJoe nous a donné de la visibilité et l’occasion de présenter nos actions avec pédagogie. Il a écouté la majorité des associations par groupes de trois, ce tout au long de la journée. C’est avec Les Grains de SEL et Sortir du Pétrole que Compos’13 a pu se présenter durant une petite heure, l’environnement et l’action citoyenne locale étaient le centre de nos enjeux communs. Complémentaires dans des échelles et des enjeux différents, Sébastien des Grains de SEL souligne le besoin de réseaux directs et de logique de consommation qui soit à la fois écologique, saine et équitable. Vincent de Sortir du Pétrole pointe l’urgence globale face aux enjeux énergétique et le problème de gouvernance face à ces enjeux. Ces deux discours se sont retrouvés dans les valeurs de Compos’13 que Camille a présentées dans son ensemble. Il s’agit non seulement d’une initiative collective de compostage et de végétalisation en milieu urbain, mais l’association valorise aussi par ses actions la gouvernance citoyenne et l’implication dans le social et dans le changement. L’atelier Transition Ecologique, dans la même veine, présente avec pédagogie les produits du quotidien qui peuvent facilement êtres utilisés en accord avec l’environnement et soi. Il a été présenté pendant l’émission de radio, le podcast n’est pas encore sur le site mais cela ne saurait tarder.

    Nous avons pu établir de nouveaux contacts avec le CPCU, la SEMAPA, une Agence de la région Île-de-France et la mairie. Ils mèneront à des demandes de subvention pour les pavillons d’essaimage, à des ateliers de sensibilisation auprès de la population et des entreprises et à une participation au Plan Déchet avec la région.

    La Foire aux Actions Citoyennes est un projet initié par l’association Résoquartier qu’ont rejoint différentes associations ou initiatives : Co-citoyens, le Carillon, la Timmy, RESF, Uni13, Tiékanou, Compos’13 et les essaimeurs, le supermarché coopératif des Grains de SEL, les paysans du Val de Loire, Robin des toits, Priartem, Linky, Sortir du pétrole. L’idée est, lors d’une journée organisée par tous les participants, de faire découvrir aux habitants du quartier les initiatives mises en place par des citoyen.ne.s en termes d’environnement et de santé, de solidarité, de démocratie locale. Trois règles : pas de rapport d’argent, pas de segmentation entre les associations, mais de l’échange et une approche participative. Derrière cela, c’est vouloir créer des liens entre les habitants et leur donner l’occasion d’agir dans les domaines qui leur tiennent à cœur.

    Cette journée de la première édition de l’événement, le samedi 6 juillet, en belle humeur et en musique, a mélangé des membres d’associations, des citoyens, des femmes et hommes aux priorités différentes, mais aux ambitions et rêves proches pour la société de demain. A renouveler, à développer, à agrandir !

Les prochaines éditions sont à suivre sur la page Facebook de l’événement et sur les pages des partenaires.
Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/Lafoireauxactionscitoyennes/